• Je ne suis pas né esclave

     

    Je ne suis pas né esclave

     

    Je ne suis pas né esclave.

    Je suis né homme libre

    Dans un pays de soleil et de paix

    Avec seule contrainte me méfier des carnivores.

    La liberté alors je ne savais pas qu’elle portait un nom.

    Sous l’arbre aux palabres

    Les anciens jamais ne racontaient des histoires

    Où l’homme noir

    Traqué dans la forêt

    Etait attaché comme antilope ou buffle

    Et porté dans des bateaux de marchandise humaine.

     

    Je ne suis pas né esclave.

    Je m’enfuirais quoi qu’il arrive.

    Je ne suis pas né pour les coups de bâton

    Les chaînes et les privations

    Pour que l’on viole mon épouse

    Et fasse de mes enfants des prisonniers.

     

    Ils ont voulu me punir

    La première fois où je me suis enfui

    Ils m’ont coupé une main

    La seconde fois, les chiens m’ont pris un pied

    Mais, boiteux

    Je courais tant et tant

    Dans la forêt des tourments, libre.

    Libre.

    Je voulais être libre.

    Ils m’ont coupé la langue

    Mais cela ne suffisait pas à me couper les ailes.

     

    Certains essayèrent de blanchir leur peau

    Au fil des générations

    Cela voulait dire alliance avec les blancs

    Tant que faire ce peut

    Je ne m’y serais pas résolu.

    Blanchir sa peau

    Certes,

    Mais cela ne voulait pas dire

    Abolir ses traits perle d’Afrique.

    Africain tu es né

    Africain tu mourras

    Que tu sois d’ici ou bien de là.

    Sur cette terre

    Tes racines sont profondément africaines

    Avec une tête de zèbre tatouée

    Dans ton cœur au sang vif.

     

    Je ne suis pas né esclave.

    Mes chaînes sont lourdes.

    Tes chaînes ne sont plus aux chevilles

    Elles ne coupent plus ton sang rebelle

    Non,

    Elles sont invisibles.

    Elles te coupent la glotte

    Quand tu es privé de nourriture

    Elles te coupent la circulation

    Quand dans la rue tu dors sur le banc de l’infortune

    Elles te coupent la respiration

    Quand dans la prison tu marches en long

    En attendant la justice de l’homme blanc

    Elles te cisaillent l’âme égarée

    Quand tu prends l’insulte en pleine face

    Elles te lient le cœur

    Avec le barbelé de l’intolérance

    Et le racisme qui te pend aux branches du saule

    Du sacrifice

    Scies ton cou aux veines si gonflées

    Qu’elles s’étaient pourtant promis un jour de crier

    Haut et fort :

    Je ne suis pas né esclave !

     

    Carole Radureau (05/01/2015)

     

    Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

     

    http://cocomagnanville.over-blog.com/2015/01/je-ne-suis-pas-ne-esclave.html

     

     

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    4
    Samedi 31 Janvier 2015 à 03:23

    Quelle puissance dans ce dessin et les mots qui l'illustrent et vice et versa...

    Le sujet est grave et toujours d'actualité hélas !

    Merci à vous deux

    3
    almanito
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 16:50

    Quand deux grands talents se conjuguent...

    Je fais avec bonheur la découverte de votre travail. Merci à vous deux.

    2
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 15:49

     chère Isy,

     

    Tu me fais toujours des surprises, je n'avais pas vu ce texte si bien accompagné de ton dessin assorti. Ça me touche beaucoup, tu as donné des galons à ce poème qui ne semblait pas avoir touché grand public. Encore une fois mille mercis pour cette amitié rare. 

    Caro

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Jeudi 22 Janvier 2015 à 11:49

    ces mots, ce dessin,  me bouleversent !

    merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :